Méditer : Faire confiance à notre bonté originelle - Catherine ÉVEILLARD

MD3 – Dim. 11h00 | 12h10

Ouvert

Chogya Trunga Rinpoche

Un carré pour la biodiversité de l’esprit

C’est un carré bien exposé où on ne fera rien, seulement laisser être ce qui est. On s’engage à s’asseoir et regarder la nature faire : qui sont les habitants, qu’est-ce qui pousse, qu’est ce qui vit là, observer, observer avec curiosité, humour, absence de jugement…cela s’appelle : Se familiariser avec son cœur/esprit.

Au début, c’est très difficile. Au lieu d’être bien tranquille l’esprit se déchaîne, on veut faire quelque chose, on veut échapper à ce flot incessant de pensées qui semblent ne jamais s’arrêter. Comme pour le carré de bio-diversité, cela ne ressemble pas du tout à la paix et au naturel qu’on imaginait, cela ressemble à une friche… ce n’est pas beau, selon nos critères habituels. Notre effort est de ne pas abandonner le carré, continuer à le fréquenter régulièrement, y découvrir des pépites, des lueurs, des moments si différents selon les heures du jour.

Etre assise près de son carré de bio-diversité, c’est la même chose qu’être assise sur son coussin de méditation : on découvre que le corps est assis sur la terre, qu’il y a un lien entre le corps et la terre, un lien physique, vital, partagée, une force tranquille dans laquelle on peut se reposer. On découvre qu’une partie de soi se révèle dans ce lien : un soi plus profond que le moi-je habituel, le moi-singe, qui court à droite et à gauche. Quand nous nous habituons à cette attitude douce et ouverte, nous commençons à pouvoir déverrouiller notre propre peur, à entrer dans une dimension plus profonde de la vie, plus fluide, moins stéréotypée, moins malheureuse.

Catherine EVEILLARD

Catherine EVEILLARD pratique la méditation depuis les années 80 dans la lignée Shambhala fondée par le maître Chögyma Trungpa : un des premiers maîtres à offrir les enseignements traditionnels du bouddhisme tibétain sous la forme totalement novatrice d’une éthique sociétale fondée sur une existence authentique qui transcende la peur et l’agression. Elle a aussi reçu l’enseignement de Pema Chödron et de Sakyong Mipham lorsqu’elle vivait au Canada de 1974 à 1995. Revenue en France en 1995 pour fonder le centre de retraite européen de Shambhala dans le Limousin, elle s’y est installée avec sa famille.
Depuis longtemps, Catherine relie dans son enseignement les différentes formes de  crise écologique, spirituelle et planétaire dans laquelle nous sommes plongés et utilise des approches collectives pour partager les bénéfices de la méditation et en faire le socle d’une nouvelle société. Elle propose un séminaire appelé: « Sourire à l’effondrement » et enseigne La voie de Shambhala dans de nombreux groupes Shambhala en France ainsi qu’au CCBR au sein du groupe Shambhala-Rennes

 

Lien vers le site :
rennes.shambhala.fr

Email de contact :
cliquez ici